Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > Ouvrages écrits par des membres de la 4acg > ECCE HOMO

ECCE HOMO

samedi 3 février 2024, par Michel Berthelemy , Jacques Devos

ECCE HOMO

par Jacques Devos

Ecce Homo
Voici l’homme
Attaché par les poignets
A la poutre de la maison

Ecce Homo
Il est nu
Les moghaznis l’ont dépouillé
De sa tunique bleue
Ils lui ont arraché son turban

Voici l’Homme !
Il est grand, il est beau
Il est roux.
Il porte un fin collier barbe
Ses yeux noirs
Sont remplis d’indomptable dignité

Voici l’Homme !
Ses tortionnaires lui font boire
Des litres et des litres d’eau.
Son ventre est distendu
A l’aide d’un roseau cinglant
Ils le fouettent sans relâche

Voici l’Homme !
Il n’a pas baissé le regard
Devant eux.
Il n’a pas desserré les dents
Il n’a rien lâché
Il n’a rien avoué.

Pendant des heures
Ils l’ont tourmenté.
En vain.
Il n’a jamais cédé
Il est venu à bout de ses bourreaux.

Voici l’Homme !
Il pend à la poutre par les poignets
La tête inclinée sur la poitrine
La barbe dégoulinante
Ses flancs sont zébrés
Der longues marques rouges
Ses pieds baignent
Dans le sang et l’urine.

Voici l’Homme !
Son corps disloqué
Son corps martyrisé
Est en train de mourir
Mais dans mon cœur
Son regard plein de dignité
Survivra éternellement.

Ce texte de Jacques Devos est extrait de l’ouvrage qu’il vient de faire paraître sous le titre Les Lauriers roses de l’Oued Abdi. L’auteur dit lui-même de son « travail » qu’il ne répond à aucune logique, à aucune chronologie. Il nous emmène de 1960 à 2023, au gré des souvenirs, des rencontres, des lectures et des émotions. Cet ancien appelé, de son propre aveu, n’a jamais vraiment quitté l’Algérie pour laquelle il s’est découvert un amour profond. Ouarka (Warka) ce village des Aurès où il a vécu lui est resté planté au cœur. A tel point qu’il y est retourné et qu’il a gardé des liens très forts avec les villageois.

Ecce Homo est précédé de cette citation de Jacques Pâris de Bollardière : « Je pense, avec un respect infini, à ceux de mes frères, Arabes ou Français, qui sont morts comme le Christ, aux mains de leurs semblables, flagellés, torturés, défigurés par le mépris des hommes ».

L’ouvrage est disponible chez l’auteur jacques.devos0028 orange.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.