Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > Microrésistances d’appelés pendant la guerre d’Algérie

Microrésistances d’appelés pendant la guerre d’Algérie

mercredi 10 mai 2023, par Michel Berthelemy

Source : histoirecoloniale.net, 2 mai 2023

« Désobéir en guerre d’Algérie. La crise de l’autorité dans l’armée française », de Marius Loris Rodionoff, un livre qui renouvelle l’histoire de la désobéissance durant la guerre d’Algérie

Dans son ouvrage, l’auteur propose une histoire sociale et politique de la relation d’autorité pendant la guerre d’Algérie. S’appuyant notamment sur les archives de la justice militaire, pratiquant la microhistoire, il montre qu’au delà des cas de désobéissances frontales et spectaculaires connus, celui d’un Noël Favrelière par exemple, se produisit une « multiplication de microrésistances dans le contingent qui ont participé à saper l’autorité militaire et plus généralement la machine de guerre française.

Extrait de l’introduction publiée dans l’ouvrage :

La lecture des sources de l’intime, des textes cachés, vient apporter un autre éclairage sur l’obéissance supposée des soldats français, montrant comment, en coulisse, les dominés critiquent l’autorité militaire et parfois la défient [2]. Pour les Algériens et les soldats étrangers engagés dans l’armée française, ces sources écrites sont extrêmement rares. Mais ces anonymes apparaissent dans les archives du contrôle : les sources recensant les punitions disciplinaires et surtout les sources de la justice militaire. Les Algériens de l’armée française, qu’ils soient soldats de métier ou appelés, harkis mêmes, ont largement déserté et désobéi à leurs chefs.
Longtemps, les indices des désobéissances au sein du contingent ont été connus grâce aux récits des résistants à la guerre d’Algérie, comme Henri Maillot, Noël Favrelière ou encore Alban Lietchi. Ce sont autant de figures célèbres, mais isolées. La masse des réfractaires à la guerre n’apparut qu’avec l’ouverture des archives de l’armée à la fin des années 1990 et plus largement dans les années 2000. Mais, surtout, c’est la déclassification des archives de la justice militaire dans les années 2010 qui a dévoilé l’étendue des désobéissances et des déviances au sein du contingent.

« Désobéir en guerre d’Algérie. La crise de l’autorité dans l’armée française »,
par Marius Loris Rodionoff, éditions du Seuil, 2023

Docteur de l’Université Paris 1 Sorbonne, Marius Loris Rodionoff a mené des recherches sur la guerre contre-révolutionnaire durant la guerre d’Algérie.

https://histoirecoloniale.net/Desobeir-en-guerre-d-Algerie-par-Marius-Loris-Rodionoff.html

Messages

  • Ceux qui ont affiché une résistance frontale comme le servant du canon de 155 du camp de Oued Sebâa ont au moins écopé d’un trentième mois de service militaire malgré son statut de pupille de la Nation !
    D’autres se sont tus après avoir été désignés ( sergents ou pas) éclaireurs de pointe en plein accrochage…

    Moins visibles ont été les grèves du zèle et les ’’rien-vu’’ pourtant tellement plus efficaces :
    Dialogue en aparté dans le Djébel.

    On marchait tout au bord d’un à pic de falaise,
    Quand Bidasse est venu me dire : « Ils marchent là,
     À gauche près de nous en file indienne, à l’aise,
    En treillis, sans brassards, c’est sûr des Fellaghas ! »

    Or quelques jours avant, on avait assisté
    Sous nos yeux impuissants à l’accrochage idiot
    De deux groupes de l’Ordre qui s’étaient entre-tués…
    Donc « Appuyez à droite ! » ai-je crié bien haut.

    « Ha bon ! » a dit Bidasse, et puis : « le chef c’est toi ! »
    Plus tard il m’a redit : « C’étaient des Fellaghas ! 
    Je les vois aux jumelles, ils sont loin cette fois ! »
    « - Un carnage évité, c’est sans regret mon gars ! »

    Djébel Tagouraïa 1959
    Sergent Népi

    Mais cette histoire, nous on n’y croit pas. 

    NB : le code du jour des brassards d’identification des unités opérationnelles était souvent négligé ou erroné sur le terrain …

    Un ’’événement ’’ à la manière de l’hebdomadaire’ ’ le Canard Enchaîné ’’
    et de sa chronique ’’ Allo Bidasse ’’ que nous pouvions lire malgré son interdiction de publication en Algérie en 1958-59.

    Pierre Mens Citoyen du Monde
    2024

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.